img 17 - 17H17

17 n’est pas un signe… de l’Univers

Le chiffre 17 (comme tous les autres chiffres, d’ailleurs) a toujours existé. Il est partout et tout le temps. Ce n’est pas quelque chose qui a été mis brusquement sur mon chemin. Je l’ai semé sur ma route, juste avant de m’incarner, afin de retrouver le « pourquoi » j’ai choisi cette incarnation. Un peu comme l’histoire du Petit Poucet qui a semé des cailloux pour retrouver le chemin de sa maison…

Le chiffre 17 est là depuis ma naissance. J’ai choisi mes parents, tous deux nés un 17. J’ai choisi de faire naître mon corps physique un 1 du 7.
J’ai également choisi de retrouver une autre Âme avec qui j’avais déjà expérimenté d’autres vies. Cette « flamme jumelle », cet Être incarné est né un… 17 (janvier). Il fût mon époux pendant quelques années. Et pour la petite histoire, les disponibilités dans l’agenda du Maire de la commune ne nous laissaient guère de choix pour nous marier. Le 17 du mois choisi nous fût proposé !

Ce mariage fût-il un échec ? Non ! Le divorce fût-il l’occasion de laisser libre court à des reproches, de la rancœur, de la haine ? Non ! J’ai fait un bout de route avec cet Être, dans l’Amour. Quand nous avons atteint un certain niveau de conscience, j’ai su que nos chemins se séparaient.
Cela fait plus de vingt ans maintenant …mais l’Amour est toujours là ! Parce que si je n’aimais plus cet Être, ce reflet, ce miroir… cela voudrait dire que l’Amour que j’avais éprouvé pour lui n’était pas authentique !  Et donc l’Amour pour moi ne l’était pas non plus ! Grâce à ces retrouvailles karmiques, je suis plus authentique et je ressens l’Amour partout !

Prises de conscience

En 2016, ma Maman terrestre, qui avait choisi de naître un 17 (décembre), a terminé son incarnation dans ce monde. Elle nous a quitté à 23h45, le soir du… 17 (juin), après… 17 jours d’un cancer fulgurant. Comme j’avais perçu qu’elle partirait dans les prochaines 48h, j’avais convaincu son médecin de la transférer dans une chambre individuelle. La seule chambre disponible ne fût pas la 17, mais la chambre… « 71 ». Et Maman venait d’avoir… 71 ans !
Durant ces 17 jours, il m’a été donné de « voir », étapes après étapes, jour après jour, comment l’Âme quitte un corps physique. Et j’ai pu ressentir à quel point ce processus était une libération pour l’Âme. Cette expérience, cette épreuve, fût une suite logique aux prises de conscience que je vivais depuis deux années déjà (voir mon chemin de vie).

Le chiffre 17, j’ai continué à le retrouver en abondance sur mon chemin. J’ai longtemps cru qu’il était un signe, une multiplication de signes de l’Univers qui voulait me faire comprendre quelque chose. Et j’ai mis du temps pour comprendre que… c’était moi, et moi seule, qui l’avait semé tels les cailloux du Petit Poucet pour retrouver son chemin, pour… me retrouver !

À chaque fois qu’il se présentait, le chiffre 17 m’obligeait à « faire un pause » dans mes pensées et revenir à l’instant présent ! Lors d’une méditation, un Guide m’avait dit que le 17 était (pour moi) comme si on frappait à la porte : cela attirait immanquablement mon attention en m’arrêtant dans ce que je faisais, disais ou pensais. J’étais plus attentive que jamais ! Et ces moments d’arrêt furent des prises de conscience profondes. Il fallait bien cela pour empêcher ce mental de me détourner constamment de la Vie afin de me plonger dans ce qui le maintenait, lui, en vie : la peur. La peur du vide, la peur du néant, la peur du manque…

Peur après peur

Progressivement, j’ai pu regarder ces peurs en m’en dépouillant, morceaux après morceaux. Depuis 2014, j’avais entamé un nettoyage mental qui m’aidait à remettre en cause les choix professionnels. Certaines valeurs n’avaient plus leur place, certaines croyances n’étaient plus justifiées.

Seules deux choses me motivaient : saisir l’expérience vécue dans un rituel chamanique (en juillet 2015) et retrouver la Paix que j’avais ressentie lors d’un « Samâdhi » vécu pendant trois semaines (en décembre 2015). En réalité, un Samâdhi* qui n’était jamais arrivé …parce que Tout a toujours été là ! Je veux dire que cet état de Grâce, de Paix, est toujours là. Je n’ai rien retrouvé puisque je n’ai rien perdu ! Mais le mental prend de la place et ne se lâche pas si facilement…

La suite de ce dépouillement m’a permis de percevoir plus consciemment la raison de cette incarnation. Et cela devait passer par l’expérimentation de la matière afin d’y inclure le spirituel, qui m’avait fait tellement défaut dans d’autres incarnations.
Et depuis le début de l’année 2017 est venue la transmission de ce chemin parcouru…

17h17 et le Centre de Méditation

Sept mois après le départ de ma Maman terrestre, j’ai choisi consciemment le 17 janvier 2017 pour fonder le Centre de Méditation de Pleine Conscience et pour lequel j’ai donné le nom de « 17h17 ». C’est cette voie que j’ai choisie pour reconnaître le divin en moi, comme en chacun de nous, et pour laisser émerger la Conscience. C’est la voie choisie pour faire résonner en l’autre ce qu’il sait déjà …mais qu’il a oublié. Pour ce qu’il reste à mon Âme en temps physique dans ce monde, j’ai fait le choix d’aider l’autre à se souvenir de son choix d’incarnation…

Prises de conscience après prises de conscience, j’ai enfin compris que j’avais dormi longtemps… et qu’à présent, je suis en phase Éveil !

 

*Samâdhi : suspension de la structure du soi mental.

— Article modifié le 10/08/2018. —

Sur le net, on trouve beaucoup de significations au chiffre 17.
Peut-être qu’elles vous parlent :

  • le chiffre de la lettre hébraïque Phé, qui représente la bouche;
  • pour l’auteure Muriel Robert, il est la vibration de la lumière pure, la Transparence, après avoir passé par l’effondrement des vieilles structures, pour en reconstruire des nouvelles;
  • pour l’auteur Samuelles codes 7h17 et 17h17 sont des signaux de résonances avec vos autres vies. Soit qu’il s’agit d’une action dans le présent qui s’appuie sur un savoir-faire ou une expérience remontant à une autre vie, soit qu’une porte est ouverte vers une connexion avec vous dans un autre temps et un autre lieu;
  • d’après le Tarot de Marseille, le chiffre de L’Étoile est rattaché à la planète Mercure (celle d’Hermès Trismégiste et de sa précieuse Table d’Émeraude). De ce dernier, l’initié reçoit sa nourriture spirituelle sous forme de lumières de connaissances et d’influences astrales conscientes et inconscientes. La Table d’Émeraude est la clé de ce Nombre 17, elle exprime le travail que doit faire la faculté volitive pour poursuivre la voie de son évolution;
  • la lame du livre de Thot, représentant une femme nue (la Faculté Volitive en action de notre Aîshah)… sa tête est entourée d’étoiles à Huit branches (la lame Huit, celle de la Justice ou Connaissance et de Jupiter), ainsi que son origine qui n’est ni terrestre ni mortelle… elle déverse le contenu de deux vases… le vase d’argent déverse cette eau des alchimistes qu’il convient d’entendre comme un fluide énergétique… le vase d’Or lui, déverse dans l’eau d’un lac ou d’un fleuve un liquide brûlant, comme en témoignent les vapeurs qui s’en exhalent, ce qu’il convient de comprendre comme une énergie différente de l’eau et qui est celle du Soleil, le feu;
  • pour Saint Augustin, est l’image de l’initié qui a réussi son mariage intérieur (on peut entendre par là l’équilibre du Yin et du Yang);
  • pour Doreen Virtue, dans son livre « Healing With The Angels », sur 17h17 : vous êtes sur la bonne voie. Vous avez bien choisi vos pensées, concentrez-vous maintenant avec soin sur vos objectifs. Prenez soin d’entourer vos souhaits par des émotions appropriées (la gratitude accélère le processus de manifestation).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X